La Pointe Percée
Point culminant du Massif des Aravis, la Pointe Precée n'a beau culminer "qu'à" 2750 mètres d'altitude, elle n'en reste pas moins difficile à gravir et offre un panorama exceptionnel sur le Mont Blanc.
Première approche
Au départ du Col des Annes, au-dessus du Grand-Bornand, on va d'abord se rendre au Refuge de Gramusset par le Col de l'Oulettaz, avant d'attaquer la mythique face Est du sommet des Aravis. Le retour s'effectuera par le même chemin.
La face Est de la Pointe Precée, par là où l'on va monter.
Itinéraire à suivre
Pour commencer, il faut se rendre au Col des Annes, au-dessus du Grand Bornand. Si vous aviez dans l'idée de vous faire guider par Google, faites bien attention : à partir du Grand-Bornand il vous fait suivre la D4 puis il prend un chemin non carossable. La "vraie" route, celle goudronnée, consiste à suivre la D4E.
Pour ma part, comme je devais rentrer sur Paris après cette randonnée et que j'étais seul, j'ai choisi de dormir dans ma voiture directement au Col des Annes, pour être d'attaque au plus tôt le lendemain matin. La nuit a été très calme, la route étant un cul-de-sac. Faisant cette randonnée très tardivement, le 11 Novembre 2015, je m'attendais à être pratiquement seul sur l'itinéraire, mais l'hiver très tardif cette année là et la météo exceptionnelle pour cette date (j'étais en tee-shirt la majorité de la randonnée) ont sans doute motivé beaucoup de locaux à se lancer dans ce "classique" de la rando-alpinisme. Dès 5h00 d'autres véhicules sont arrivés, vers 8h30 (heure de mon départ), 5 autres voitures étaient présentes, et à mon retour vers 14h30, le parking (pourtant très grand) était bondé, le voitures étaient même obligées de se garer le long de la route qui arrive au col.
Malgré les excellentes conditions météorologiques, la nuit avait été très froide et les restes de la neige tombée quelques semaines auparavant avaient bénéficié d'un très bon regel. La partie finale de l'ascension qui n'est pas très dangereuse en temps normale était par endroit très piégeuse, des névés durs et très glissants en dévers étant omniprésents sur le chemin. Quelques passages difficiles auraient été beaucoup moins risqués à franchir avec un paire de crampons (qui était restée dans le coffre ...). Au retour, les rayons du Soleil ayant ramolli le tout, il n'y avait plus aucun danger.
Bref, trève de tergiversations, lançons-nous dans la randonnée ! Au Col des Annes, il faut prendre la grosse piste, qui part en direction de notre objectif, la Pointe Precée, là où se trouvent les panneaux de randonnées.
La piste qui part du Col des Annes. La Pointe Precée est bien visible au fond.
En suivant cette piste, on arrive assez rapidement au sommet du Télésiège de la Tête des Annes. On va ensuite continuer plus ou moins sur la crête en direction du Col de l'Oulettaz.
Arrivée au Télésiège de la Tête des Annes.
Sur la crête après le télésiège. Le Col de l'Oulettaz se trouve sur la gauche de la photo, au pied du petit pic vert.
Sur la crête en direction du Col de l'Oulettaz.
Avant d'arriver au Col de l'Oulettaz, le chemin redescend une cinquantaine de mètres de dénivelé. Un passage est équipé d'une chaîne, mais elle n'est pas forcément très utile.
Le chemin de l'autre côté du Col de l'Oulettaz, beaucoup plus bas.
La descente, équipée d'une chaîne.
Arrivée au Col de l'Oulettaz.
Après le col, on descend encore quelques minutes avant de reprendre la montée, dans un chemin qui semble presque taillé dans la roche.
Le chemin dans la roche.
On arrive alors à une intersection, marquée d'un panneau. La Pointe Precée se trouve sur la gauche.
L'intersection, sous le Refuge de la Pointe Precée (Refuge de Gramusset).
L'environnement devient de plus en plus rocheux à mesure que l'on monte vers le refuge.
Un énorme lapiaz, un peu avant le refuge.
Arrivée au Refuge de Gramusset.
Une fois au refuge, il faut suivre la trace qui part au pied de la face Est, balisée en rouge. On passe d'abord sur des blocs de lapiaz, avant d'arriver dans un immense pierrier qui s'enfonce dans la combe au pied des falaises de la face Est.
La trace qui part du refuge pour rejoindre le pied de la face Est de la Pointe Precée.
Le pierrier au pied de la face Est. On voit le balisage rouge sur la grosse pierre au centre, au premier plan.
La trace arrive au fond à gauche de la combe puis disparaît. Un flèche rouge indique alors la direction à suivre. A partir de ce point, il faut faire attention de ne pas perdre le balisage rouge, puisqu'il indique le chemin qui vous évitera une mauvaise chute.
A cet endroit "l'escalade" commence.
Durant la première partie de cette face Est, on se contente de monter de petites barres rocheuses. Ensuite, on va monter beaucoup plus et c'est durant cette portion que l'on évoluera à flanc de falaise. Ensuite, on arrivera dans un couloir qui débouche sur l'arête qui nous conduira au sommet.
La première partie de la face Est, où des sections de chemins entre les rochers sont entrecoupées de petites barres rocheuses.
L'itinéraire vers le sommet.
Arrivée au pied de la phase plus verticale.
L'itinéraire partiellement gelé dans la partie raide.
Un gros névé difficile à passer dans la partie raide.
Arrivée au pied du couloir. Il faut remonter cette pente jusqu'à l'arête, tout en haut.
Dans le couloir, il faut faire très attention de ne pas envoyer de pierres sur les personnes en dessous.
Arrivée en haut du couloir.
En arrivant sur l'arête en haut du couloir, on voit toute la Chaîne des Aravis vers le Sud.
Le Sud de la Chaîne des Aravis vu depuis le haut du couloir.
Une fois en haut du couloir, il ne reste plus qu'à remonter la fine arête jusqu'à la croix sommitale. Le passage n'est pas long mais est assez exposé, il faut donc faire attention durant la progression.
L'arête qui mène au sommet.
Le trou sur la droite de l'arête.
Le trou sur la gauche de l'arête.
Une fois au sommet, un petit coffret sur la croix renferme un cahier dans lequel vous pouvez laisser un mot si le coeur vous en dit.
La croix sommitale avec sa boîte qui contient le cahier (et des stylos).
Quelques dizaines de mètres plus loin, un replat avec une petite croix est parfait pour faire une bonne pause.
Le replat au sommet de la Pointe Precée.
Comme d'habitude, voici un petit tour d'horizon photographique (de gauche à droite) pour vous présenter la vue.
En direcion du Massif du Chablais à gauche et du Haut-Giffre à droite. En bas à gauche on voit la ville de Cluses.
Le Massif du Haut-Giffre, avec au premier plan la Tête du Colonney (2692 m). Sur la ligne d'horizon, à gauche, on voit le Grand Mont-Ruan (3044 m), vers le centre, on a le Mont Buet (3096 m) et sur la droite, on a l'Aiguille Verte (4122 m).
Zoom sur le Mont Buet.
Classique, le Mont Blanc (4810 m). Pour l'instant, c'est le meilleur point de vue sur le toit des Alpes qu'il m'ait été donné de voir.
Ici, vaste programme ! Au gauche au premier plan, le Massif du Beaufortain, derrière, on a le Massif de la Vanoise. Au centre le Massif de la Lauzière et au fond le Massif des Ecrins. Enfin, sur la droite, le Massif de Belledonne.
Zoom sur le Beaufortain et la Vanoise. Au centre, sous les Glaciers de la Vanoise, on voit une petite pointe noire : c'est la Pierra Menta. Juste sur sa gauche se trouve le Roignais (2995 m), point culminant du Massif du Beaufortain. Juste au-dessus (donc à gauche des glaciers), on devine également la Grande Casse (3855 m), point culminant du Massif de la Vanoise.
La Chaîne des Aravis, en direction du Sud.
Au centre, la Tournette qui domine Annecy et son lac du haut de ses 2351 m. Sur sa gauche, on voit le Massif des Bauges. Près du bord droit de la photo, dans le fond de la vallée, on voit le Grand-Bornand.
Zoom sur la Tournette. Le deuxième pic sombre sur sa gauche, sous la ligne d'horizon est le Crêt des Mouches.
Zoom sur les Bauges. A gauche du centre de la photo, on devine Arcalod (2217 m), point culminant du Massif des Bauges.
La partie Nord du Massif des Bornes, avec la Chaîne du Bargy (petit "sous-massif"). Au centre, on a le Pic de Jallouvre et la Pointe Blanche, respectivement à gauche et à droite, 2408 m et 2438 m (point culminant du Massif des Bornes). Juste sur leur droite, on a la Pointe du Midi (2364 m). En bas au centre, on voit le Col des Annes, notre point de départ.
Zoom sur le Pic de Jallouvre et la Pointe Blanche au centre et la Pointe du Midi à droite.
Zoom sur le Col des Annes.
On complète notre tour d'horizon en revenant vers Cluses au fond à droite et vers le petit village du Reposoir au fond de la vallée au centre.
Comme d'habitude sur un sommet, les chocards viennent quémander de la nourriture !
Un chocard glouton.
Après une bonne pause pour bien profiter de la vue et manger un peu, il faut se lancer avec précaution dans la redescente. On redescend donc l'arête, puis le couloir.
Retour à la croix sommitale.
Retour en haut de la partie descendante de l'arête.
Avant que je ne traverse la partie plate de l'arête, quelqu'un arrivait de l'autre côté, en haut du couloir.
Retour en haut du couloir.
Durant la descente du couloir, il faut bien faire attention à ne pas faire tomber de pierres, mais aussi à ne pas en recevoir.
Vers le milieu du couloir, lors de la redescente.
Retour dans la partie verticale, sous le couloir.
Quand on revient enfin dans la partie plus facile de l'escalade, où l'on se contente de passer de petites barres rocheuses, un regard en arrière permet de voir le sommet que l'on vient gravir. C'est impressionnant !
Regard en arrière, presque au pied des difficultés.
Zoom sur la partie verticale, le couloir et l'arête. Les flèches rouges montrent des gens.
Plus que quelques barres rocheuses à passer.
Retour dans le pierrier au pied des difficultés.
Une fois de retour dans le pierrier, il suffit de prendre la trace jusqu'au refuge puis de rentrer par là où l'on est venu.
On retraverse les lapiaz pour revenir au refuge (attention aux chevilles).
Retour au Refuge de Gramusset.
Après le refuge, on retrouve un chemin bien tracé.
Retour sur un vrai chemin. En même temps, la végétation refait son apparition.
On redescend ensuite au Col de l'Oulettaz en passant par le chemin taillé dans la roche.
Dans l'ordre de lecture : une paroi en lapiaz, le chemin taillé dans la roche, retour au Col de l'Oulettaz et la remontée avec la chaîne après ce même col.
On revient ensuite par la petite crête au sommet du Télésiège de la Tête des Annes.
Retour au Télésiège de la Tête des Annes.
Juste avant la station d'arrivée du télésiège, un sentier part sur la droite et permet de couper la piste. On revient ainsi plus rapidement au parking du Col des Annes.
Le sentier qui permet de couper la piste au niveau du télésiège.
Retour au Col des Annes.
Voilà, c'est la fin de cette superbe randonnée qui tire franchement sur l'alpinisme. Après une phase d'approche relativement facile jusqu'au refuge de Gramusset, l'ascension de la face Est nous a procuré des sensations typiques des zones de haute montagne. Enfin, au sommet, la vue sur le Mont Blanc est venue récompenser nos efforts.
Profil altimétrique
Tracé de la rando
Informations rando
Durée
5h 12min
Distance
10.41 km
Dénivelé
1111 m
Altitude max
2750 m
Altitude min
1721 m
Massif
Aravis
Engagement
Logo Engagement Logo Engagement Logo Engagement Logo Engagement Logo Engagement
Exposition
Logo Engagement Logo Engagement Logo Engagement Logo Engagement Logo Engagement
Niveau physique
Logo Engagement Logo Engagement Logo Engagement Logo Engagement Logo Engagement
En famille
NON
Restrictions
Prudence dans la partie verticale, en particulier en cas de névés glacés en dévers.
+
-