Le Pas de Pertuité
Tour des crêtes qui font les contreforts de la Grande Chible, cet itinéraire à l'écart des chemins fréquentés permet de découvrir un secteur de randonnée trop peu connu de Valloire.
Première approche
Au départ de Valloire, on commencera à monter à Poingt Ravier, avant de prendre la direction du Pain de Sucre. Au niveau de ce dernier, on rejoindra la Paroi du Midi par la Crête des Sallanches, pour arriver au Pas de Pertuité. On rentrera ensuite en redescendant par le Crey du Meigno, pour revenir à Poingt Ravier, puis à Valloire.
Le Pas de Pertuité, vu depuis le Crey du Meigno.
Itinéraire à suivre
Comme beaucoup d'itinéraires sur Valloire, celui-ci débute directement depuis la station, donc pas besoin de voiture. On commence par monter au Hameau de la Borgé, tout en haut du village, juste après la Grotte du Rocher Saint-Pierre. Au niveau de la chapelle du hameau, il faut prendre le chemin qui longe le torrent et qui monte à la Cascade de l'Enfer. Une fois au Pont du Diable, qui permet d'avoir un beau point de vue sur cette dernière, on remonte sur la droite, pour aller à Poingt Ravier par une montée assez rapide.
La chapelle de la Borgé. Le chemin pour la Cascade de l'Enfer part de derrière le banc qui est sur la gauche de la photo.
Le Pont du Diable, depuis lequel on voit bien la Cascade de l'Enfer.
La Cascade de l'Enfer, vue depuis le Pont du Diable.
Arrivée à Poingt Ravier.
Une fois à Poingt Ravier, il faut prendre la piste qui part sur la gauche lorsque l'on se trouve sur la place centrale (celle avec la fontaine au milieu). En remontant cette piste, on arrive rapidement à un lacet de cette dernière (au lieu-dit de la Fornache), où le chemin continue tout droit en direction du Pain de Sucre. On traverse ainsi le versant Est du Crey du Meigno, avant de franchir le Ruisseau du Villard par une passerelle en mauvais état, pour ensuite arriver rapidement au Clot Albanel (une bergerie).
Le lacet de la piste au niveau de la Fornache, où il faut prendre le chemin qui continue tout droit.
Le chemin qui traverse le versant Est du Crey du Meigno.
Ce qu'il reste de la passerelle sur le Ruisseau du Villard.
Arrivée au Clot Albanel, dans les nuages.
Depuis le Clot Albanel, on rejoint le Pain de Sucre en traversant le plateau qui se trouve devant nous. La courte montée du Pain de Sucre est raide, mais la vue depuis le sommet en vaut la peine.
La montée du Pain de Sucre. Avec cette météo, difficile de vous montrer la vue, mais de nombreuses photos sont disponibles dans la page consacrée à la courte randonnée du Pain de Sucre.
On redescend ensuite au carrefour de la Turraz par le chemin dans la "mini forêt" du versant Nord du Pain de Sucre. Juste après avoir passé les ruines de la Turraz, on arrive au carrefour où il faut faire attention de ne pas se tromper : on rejoint un chemin où deux panneaux se trouvent sur notre droite et un sur notre gauche. Il faut se diriger vers celui de gauche et prendre le discret chemin qui monte (à peu près) en direction de l'Ouest. On commence ainsi notre montée de la Crête des Sallanches. Rapidement, le chemin traverse une forêt assez humide.
La mini forêt du versant Nord du Pain de Sucre, par laquelle on redescend aux ruines de la Turraz.
Arrivée aux ruines de la Turraz. Au fond, on devine vaguement les deux panneaux (au-dessus de la ruine) qui seront sur notre droite une fois de retour sur le chemin principal. Le panneau de gauche (vers lequel il faut aller) n'est pas visible sur la photo.
Le début du discret chemin qui monte vers la Crête des Sallanches (ce chemin est en fait la partie haute (en altitude) de l'itinéraire nommé "Le Circuit des Sallanches" sur certains panneaux).
Peu après le début de la montée, on pénètre dans une forêt plutôt humide (au niveau des Parpillons).
En sortant de la forêt, on se rapproche peu à peu de la Crête des Sallanches, que l'on rejoint au niveau du Bonhomme de Pierre. Ensuite, le chemin suit la ligne de crête jusqu'à la Paroi du Midi. On passe souvent près du vide, mais il n'y a rien de difficile techniquement (pas besoin des mains, présence d'une bonne trace tout le long).
A la sortie de la forêt, sous le Bonhomme de Pierre.
Arrivée au Bonhomme de Pierre.
Le chemin qui longe la "falaise" après le Bonhomme de Pierre.
Tout au fond sur la gauche, le Grand Galibier sort quelques instants des nuages.
L'un des hauts cairns qui ponctuent la montée.
La Crête des Sallanches (à gauche), en se rapprochant de la Paroi du Midi. Au fond à droite, on voit la Pointe d'Emy.
Un éperon rocheux assez esthétique, en contrebas sur la droite de la Crête des Sallanches.
La suite de la montée vers la Paroi du Midi.
Arrivée au sommet de la Paroi du Midi, au pied de la Grande Chible.
Une fois au sommet de la Paroi du Midi (2564 m, point culminant de l'itinéraire), on continue sur la crête en direction de petit col sans nom qui nous sépare de la Grande Chible. Pour cette courte redescente, on se sert parfois un peu de ses mains, mais rien de bien compliqué ni de dangereux. Chemin faisant, on peut voir le Pas de Pertuité sur notre gauche, l'endroit ou le Crey du Meigno rejoint la Grande Chible.
Un cairn en forme de bonhomme sur la Paroi du Midi.
Redescente sur le col entre la Paroi du Midi et la Grande Chible. En haut à droite, on voit la Grande Chible. Au fond à gauche, on voit le Pas de Pertuité.
Vue panoramique du Crey du Meigno sur notre gauche, avec le Pas de Pertuité à droite.
Arrivée au col entre la Paroi du Midi et la Grande Chible.
Au niveau du col entre la Paroi du Midi et la Grande Chible, il faut prendre la trace qui part sur la gauche et viser le Pas de Pertuité, pour rejoindre le Crey du Meigno. Il suffit donc de traverser le versant Est de la Grande Chible en restant à peu près à la même altitude. (Au petit col sans nom, le chemin qui descend sur la droite est la suite du Circuit des Sallanches.)
Traversée du versant Est de la Grande Chible.
La traversée du versant Est de la Grande Chible ne pose pas de problème, si ce n'est la traversée d'une ravine, que l'on peut aisément contourner en montant ou en descendant de quelques dizaines de mètres.
La ravine (facile à contourner) du versant Est de la Grande Chible.
Arrivée sur le Crey du Meigno, au Pas de Pertuité.
On suit alors la ligne de crête du Crey du Meigno pour revenir vers Valloire. Le Crey du Meigno est moins effilé que la Crête des Sallanches et est donc plus facile à parcourir. Quand la crête s'élargit, on entame la redescente vers Poingt Ravier. On commence par passer près d'une ruine à 2294 m (voir carte IGN), puis on arrive à la Fourche. Ensuite, un petit chemin descend jusqu'aux Solèdes, où l'on rejoint la piste qui nous ramène à Poingt Ravier.
Vue panoramique sur la Paroi du Midi et la Crête des Sallanches, depuis le Crey du Meigno.
On suit la crête du Crey du Meigno.
Arrivée au bout du Crey du Meigno (cairn). La pente se fait alors plus forte en direction de Valloire.
Début de la descente vers Valloire (dans les nuages ...).
La ruine à 2294 m.
Arrivée aux ruines de la Fourche (on devine un panneau de randonnées sur la gauche de la photo).
Descente entre la Fourche et les Solèdes (à cet endroit, j'ai dû contourner un troupeau de moutons, c'est pour ça que la trace GPS s'écarte du chemin). En ce jour de quart de finale de coupe du monde 2018 (6 Juillet), la France jouait contre l'Uruguay. Je me rappelle qu'à cet endroit j'ai entendu un immense cri de joie monter de la station, j'ai donc compris que nous avions marqué un but !
Arrivée aux Solèdes.
La piste qui descend des Solèdes à Poingt Ravier.
Retour à Poingt Ravier.
Une fois de retour sur la place centrale de Poingt Ravier, on prend le chemin sur notre droite, pour redescendre à Valloire par le Sentier Eco-Sylve (sentier comportant de nombreux panneaux explicatifs sur la flore locale).
Le début du Sentier Eco-Sylve qui redescend vers Valloire, depuis la place centrale de Poingt Ravier.
Le Sentier Eco-Sylve, au Sud de Poingt Ravier, qui redescend vers Valloire.
Pendant la descente, on a une belle vue sur Valloire et le Rocher Saint-Pierre.
Vue sur le Rocher Saint-Pierre et Valloire et certains de ses hameaux, durant la descente.
Retour à Valloire.
Et voilà, c'est la fin de ce bel itinéraire. En début de saison, une randonnée comme celle-ci permet de bien se réhabituer à la montagne grâce à de belles arêtes faciles et sans danger. Je tiens particulièrement à remercier Pierre F., un lecteur de Valloire-Randos, qui m'avais proposé cet itinéraire en 2016 et que j'ai enfin eu l'occasion de faire durant cet été 2018. Malgré les nombreux nuages, j'ai pris beaucoup de plaisir sur ce parcours et j'y retournerai à coup sûr !
Profil altimétrique
Tracé de la rando
Informations rando
Durée
3h 49min
Distance
15.07 km
Dénivelé
1321 m
Altitude max
2564 m
Altitude min
1430 m
Secteur
Valloire
Massif
Arves
Engagement
Logo Engagement Logo Engagement Logo Engagement Logo Engagement Logo Engagement
Exposition
Logo Engagement Logo Engagement Logo Engagement Logo Engagement Logo Engagement
Niveau physique
Logo Engagement Logo Engagement Logo Engagement Logo Engagement Logo Engagement
En famille
NON
Restrictions
Faire attention sur les arêtes.
+
-